Ville-Champignon

Vers la fin de l’année 1911 un groupe de financiers
yankees décide la fondation d’une ville en plein

Far-
West au pied des

Montagnes

Rocheuses

Un mois ne s’est pas écoulé que la nouvelle cité encore
sans aucune maison est déjà reliée par trois lignes
au réseau ferré de l’Union

Les travailleurs accourent de toutes parts

Dès le deuxième mois trois églises sont édifiées et
cinq théâtres en pleine exploitation

Autour d’une place où subsistent quelques beaux
arbres une forêt de poutres métalliques bruit nuit et
jour de la cadence des marteaux

Treuils
Halètement des machines

Les carcasses d’acier des maisons de trente étages
commencent à s’aligner

Des parois de briques souvent de simples plaques
d’aluminium bouchent les interstices de la charpente
de fer
On coule en quelques heures des édifices en béton armé
selon le procédé

Edison

Par une sorte de superstition on ne sait comment baptiser
la ville et un concours est ouvert avec une tombola et des prix par le plus grand journal de la ville qui cherche également un nom

Blaise Cendrars
Lieux

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments