Mélancolie

Mélancolie, ô ma colombe
A l’œil tendre, à la plume grise,
Toi qui me suis quand le jour tombe
Vers l’étang que la lune irise ;

Toi qui becquètes mon bras frêle
Comme une sœur encore mutine
Et dont le baiser me rappelle
L’ongle pointu d’une main fine.

Voter pour ce poème!

Votre opinion compte pour nous! Ne nous laissez pas dans le doute, laissez-nous un commentaire!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments