D’un buveur d’eau, comme avez débattu

D’un buveur d’eau, comme avez débattu,
Le sang n’est point de glace revêtu,
Mais si bouillant et si chaud au contraire
Que chaque veine est en eux une artère
Pleine de sang, de force et de vertu.

Le feu par l’eau faiblement combattu,
Croissant sa force au lieu d’être abattu,
Va redoublant la chaleur ordinaire
D’un buveur d’eau.

Toujours de preux le renom ils ont eu,
Ils ont l’estoc bien ferme et bien pointu,
Chauds en amour, et plus chauds en colère,
Si que ferez fort bien de vous en taire,
Qu’un de ces jours vous ne soyez battu
D’un buveur d’eau.

Voter pour ce poème!

Laisser un avis, une critique ou analyse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fleur d’enfance

La vigne et la maison (I)