Ne hurtez plus a l’uis de ma pensee

Ne hurtez plus a l’uis de ma pensee,
Soing et Soussi, sans tant vous traveiller !
Car elle dort et ne veult s’esveiller ;
Toute la nuyt en paine a despensee.

En dangier est, s’elle n’est bien pensee.
Cessez ! cessez ! Laissez la sommeiller !
Ne hurtez plus a l’uis de ma pensee,
Soing et Soussi, sans tant vous traveiller !

Pour la guerir bon Espoir a pensee
Medecine qu’a fait apareiller ;
Lever ne peut son chief de l’oreiller,
Tant qu’en repos se soit recompensee.
Ne hurtez plus a l’uis de ma pensee !

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments