Ah ! ce bruit affreux de la vie

Ah ! ce bruit affreux de la vie !
Et que dormir serait meilleur
Dans la terre où le caillou crie
Sous la bêche du fossoyeur !

Le soleil a toute ma haine ;
Je suis rassasié de voir
Sa lumière quotidienne
Se rire de mon désespoir.

Ah ! pouvoir donc enfin m’étendre
Dans le seul lit où l’on soit seul,
Et dans l’ombre attentive entendre
Les vers découdre mon linceul !

Et, quand en moi l’être qui pense
Sera dissous lui-même, alors,
Au cœur de l’éternel silence
N’être qu’un mort entre les morts !

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments