De l’amant marri contre sa dame

Du tout me veux deshériter
De ton amour : car profiter
Je n’y pourrais pas longue espace,
Vu qu’un autre reçoit ta grâce,
Sans mieux que moi la mériter.
Puisqu’à toi se veut présenter,
De moi se devra contenter,
Car je lui quitterai la place
Du tout.

Tes grâces sont fort à noter.
On n’y saurait mettre, ne ôter.
Tu as beau corps et belle face,
Mais ton coeur est plein de fallace :
Voilà qui m’en fait déporter
Du tout.

L’Adolescence clémentine

Voter pour ce poème!

Clément Marot Apprenti Poète

Par Clément Marot

Clément Marot, né à Cahors en 1496 et mort le 12 septembre 1544 à Turin, est un poète français. Bien que marqué par l'héritage médiéval, Clément Marot est un des premiers poètes français modernes. Précurseur de la Pléiade, il est le poète officiel de la cour de François Iᵉʳ.

La poésie se renouvelle avec chaque commentaire. Soyez le souffle de la renaissance.

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fortune enfin piteuse à mon tourment

Triste penser, en prison trop obscure