Ballade de la convenance de se déshabiller au printemps

La Seine, clair ciel à l’envers,
S’ensoleille comme le Tage !
Laisse éclore des menus vairs
Tes bras, ta gorge et davantage.
Au diable l’imbécile adage :
‘ Avril. Ne quitte pas un fil. ‘
Il ne sied qu’aux personnes d’âge.
Quitte tout, ma mie, en avril !

Quand Zéphyr dévêt des hivers
La colline après un long stage,
Pourquoi resteraientils couverts
Les seins de lys qu’un val partage ?
Vent ! déchire en ton brigandage
Ces brumes : batiste et coutil !
Je me charge du ravaudage.
Quitte tout, ma mie, en avril !

C’est le temps où par l’univers
Le franc amour flambe et s’étage ;
Le faune halète aux bois verts
Et l’ermite en son ermitage.
Aimons ! plus de baguenaudage !
Les pudeurs, le refus subtil
Des flirts et du marivaudage,
Quitte tout, ma mie, en avril !

ENVOI

Ange ! si ton démaillotage
Veut un poêle, mon coeur viril
Le remplace avec avantage !
Quitte tout, ma mie, en avril.

La grive des vignes

Voter pour ce poème!

Avatar Apprenti Poète

Par Catulle Mendès

Poemes Catulle Mendès - Découvrez les œuvres poétiques de Catulle Mendès

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

La poésie a besoin de vos mots pour s'épanouir. Participez à notre jardin de vers.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Je suis un ustensile

Si les pleurs douloureux, si les tristes complaintes