Le vautour affamé qui du vieil Prométhée

Le vautour affamé qui du vieil Prométhée
Becquette sans repos le poumon renaissant,
Et le vase maudit où le dieu punissant
Envoya nos malheurs au fol Epiméthée,

Celui par qui amont est la pierre portée,
Celui qui altéré vit dans l’eau languissant,
Celles qui vont en vain leurs cuves remplissant,
Ce n’est que fiction à plaisir rapportée.

Les amours d’Herculès et sa brûlante mort,
Le pipeur qui les soeurs déshonora si fort,
Te font avoir pitié d’une menteuse fable.

Mais las ! bouchant les yeux en mon affliction,
Tu feins de n’en rien voir, et sans compassion
Tu tiens pour fabuleux mon tourment véritable.

Voter pour ce poème!

Avatar Apprenti Poète

Par Clovis Hesteau De Nuysement

Clovis Hesteau de Nuysement est un poète français de la Renaissance, de plusieurs ouvrages de poèmes alchimiques, dont le Traité du Vrai sel.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Dans notre jardin de rêves, chaque commentaire est une fleur. Cultivez votre contribution.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Puis rue qui s’en va …

Nanderuvuvu