L’impatience

Ô ciel ! après huit jours d’absence,
Après huit siècles de désirs,
J’arrive, et ta froide prudence
Recule l’instant des plaisirs
Promis à mon impatience !
« D’une mère je crains les yeux ;
« Les nuits ne sont pas assez sombres ;
« Attendons plutôt qu’à leurs ombres
« Phébé ne mêle plus ses feux.
« Ah ! si l’on allait nous surprendre !
« Remets à demain ton bonheur ;
« Crois-en l’amante la plus tendre ;
« Crois-en ses yeux et sa rougeur,
Tu ne perdras rien pour attendre. »
Voilà les vains raisonnements
Dont tu veux payer ma tendresse ;
Et tu feins d’oublier sans cesse
Qu’il est un dieu pour les amants.
Laisse à ce dieu qui nous appelle
Le soin d’assoupir les jaloux,
Et de conduire au rendez-vous
Le mortel sensible et fidèle
Qui n’est heureux qu’à tes genoux.
N’oppose plus un vain scrupule
À l’ordre pressant de l’Amour ;
Quand le feu du désir nous brûle,
Hélas ! on vieillit dans un jour.

Voter pour ce poème!

André Velter Apprenti Poète

Par Évariste de Parny

Évariste Désiré de Forges, chevalier puis vicomte de Parny, est un poète français né le 6 février 1753 à Saint-Paul de l'île Bourbon, et mort le 5 décembre 1814 à Paris.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

La plume est votre épée, le commentaire est votre bouclier. Défendez la beauté de la poésie.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Chasse à l’enfant

La femme et la flamme