Avec ton parapluie…

Avec ton parapluie bleu et tes brebis sales,

avec tes vêtements qui sentent le fromage,

tu t’en vas vers le ciel du coteau, appuyé

sur ton bâton de houx, de chêne ou de néflier.

Tu suis le chien au poil dur et l’âne portant

les bidons ternes sur son dos saillant.

Tu passeras devant les forgerons des villages,

puis tu regagneras la balsamique montagne

où ton troupeau paîtra comme des buissons blancs.

Là, des vapeurs cachent les pics en se traînant.

Là, volent des vautours au col pelé et s’allument

des fumées rouges dans les brumes nocturnes.

Là, tu regarderas avec tranquillité,

L’esprit de Dieu planer sur cette immensité.
1897.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments