Premières larmes

Pâle sous la céruse et les cheveux trop noirs,
L’illustre premier rôle encor jeune aux chandelles,
L’homme à femmes, malgré son âge adoré d’elles,
Obtient, comme au beau temps, des effets de mouchoirs.

Et, depuis des milliers et des milliers de soirs,
Froid comme un glaive et sûr de tant de cœurs fidèles,
Il prodigue, Antony de centaines d’Adèles,
Ses sanglots simulés et ses faux désespoirs.

Pourtant la sciatique est à la fin venue.
Horreur ! Elle le cloue aux pieds de l’ingénue
Qui, pour qu’il se relève, aide le vieux barbon.

Alors l’acteur, gâté par quarante ans d’éloge,
Court se cacher et fondre en larmes dans sa loge.
— C’est la première fois qu’il pleure pour de bon.

Voter pour ce poème!

François Coppée Apprenti Poète

Par François Coppée

François Édouard Joachim Coppée, né le 26 janvier 1842 à Paris où il est mort le 23 mai 1908, est un poète, dramaturge et romancier français.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Laissez vos mots danser comme Verlaine, et notre forum deviendra une symphonie poétique.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Pour toujours !

Presque une fable