Raoutas

Deux personnes dans le monde te connaissent

Raoutas deux seulement

mais toi tu connais beaucoup de choses tu as le vrai savoir-vivre

ce qu’il faut faire tu le fais quand il faut le faire tu le fais

tu n’en fais pas un plat tu le fais et puis tu t’en vas tu entres dans la chambre quand les êtres souffrent

la nuit tu les caresses avec ton énorme patte et puis tu t’en vas avec ton copain le nain

83 centimètres il porte une grande pèlerine et il a de grands projets le nain

très souvent vous partez tous les deux en canoë autour des îles dans le golfe du
Morbihan et quelquefois vous emmenez
Crocodile qui est tellement élégant

avec ses chansons en peau de crocodile

et ses gants

le nain est debout dans le canoë

mais ceux qui le voient de loin

croient qu’il est assis

parce qu’il est petit…

…il parle en désignant les îles de sa petite main

et toi
Raoutas tu écoutes ce qu’il dit

tu es de son avis

et
Crocodile aussi…

… un jour dit le nain

un jour tous les nains seront là comme chez eux

et personne ne viendra plus jamais dire aux nains

les injures qu’ils ont dit toujours aux nains

les injures

nains… nabots… bas de cul

haut comme trois pommes… mal finis… lilliputiens

personne

et il a un grand rire de nain

mais il est trop petit pour un si grand rire

ça le fatigue et il s’endort…

le nain endormi au fond du canoë

tu continues à pagayer

Raoutas

à pagayer autour des îles

avec
Crocodile

et de très loin

de ville en ville

on vous entend rigoler

Crocodile a un petit rire discret

mais toi quand le fou rire te prend

ça fait un drôle de boucan

et il n’en faut pas beaucoup pour te faire rire

un monsieur avec une barbe il salue un enterrement et tout de suite le fou rire te prend et ça fait un drôle de boucan l’archevêque de
Paris dans sa chambre chez lui il se promène tout nu

toi tu le vois par la fenêtre et ton fou rire continue un général-un juge… le roi d’Espagne… une bouse de vache…
Saint
Joseph…
Dieu le père…

un salsifis… pas grand-chose… n’importe quoi de risible et tout de suite tu te marres tout de suite tu te fends la pipe tout de suite tu éclates de rire et tout ce qu’il y a de vivant dans le monde éclate de rire en même temps que toi… et puis

quand tu as assez ri tu t’endors et tu rêves que tu ris encore tu te réveilles tu recommences à rire les jours se suivent

et tu sais bien qu’ils ne se ressemblent pas… les fameuses journées pour toi elles sont très courtes puisque tu n’as pas le temps de les trouver longues tu as autre chose à faire
Raoutas autre chose tu ne sais peut-être pas exactement ce que tu as à

faire mais tu le fais ça t’occupe…

que les jours soient quotidiens

l’année annuelle

les mois hebdomadaires

tu t’en fous

tu n’es pas comptable

tu es vivant

deux personnes te connaissent dans le monde

Raoutas

deux seulement.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

A sa demeure des champs

A M. Louis Herbette