Vitrail

Un soir de flamme et d’or hante la basilique,
Ravivant les émaux ternis et les couleurs
Ancestrales de l’édifice catholique.

Et soudain cuivre, azur, pourpre chère aux douleurs
Le vitrail que nul art terrestre ne profane
Jette sur le parvis d’incandescentes fleurs.

Car l’ensoleillement du coucher diaphane,
Dans l’ogive où s’exalte un merveilleux concept,
Intègre des lueurs d’ambre et de cymophane.

Les douze Apôtres, les cinq Prophètes, les sept
Sages, appuyés sur les Vertus cardinales,
Se profilaient en la rosace du transept.

Améthystes ! Béryls ! Sardoines ! Virginales
Émeraudes au front chenu des Confesseurs
Montrant le Livre où sont inscrites leurs annales.[…]

Voter pour ce poème!

Avatar Apprenti Poète

Par Laurent Tailhade

Poemes Laurent Tailhade - Découvrez les œuvres poétiques de Laurent Tailhade

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

La poésie est un dialogue entre les cœurs. Exprimez-vous, inspirez-nous.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Le Mari, la Femme, et le Voleur

La Mort D’atahuallpa