Pour fêter le retour normal de l’âpre hiver

Pour fêter le retour normal de l’âpre hiver,
J’ai gravi, dès le jour, ma montagne rouillée.
Le vent du nordouest a souffle tout hier.

J’en voulais savourer la rafale mouillée,
Jeux de pluie aux clartés du ravin partiel,
Sur le treillis brumeux des branches dépouillées.

La lumière est instable aux décors irréels
Des vallons d’ombre ensoleillés de claire brume
Où se joignent, pour fuir, des lambeaux d’arcenciel.

Le roc ruisselle et luit et les pics d’argent fument.
Sous le vent brusque obstinément ailé de nuit,
Et l’aile sombre éteint le rayon qui s’allume ;

Et tout le paysage pâle tourne et luit,
Cependant qu’au taillis fauve des petits chênes
Chaque feuille légère et plaintive bruit.

Et le mont tout entier pleure des larmes vaines.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments