Or, malgré ta cruauté

Or, malgré ta cruauté
Affectée, et l’air très faux
De sale méchanceté
Dont, bête, tu te prévaux

J’aime ta lasciveté !

Et quoiqu’en dépit de tout
Le trop factice dégoût
Que me dicte ton souris
Qui m’est, à mes dams et coût,

Rouge aux crocs blancs de souris ! —

Je t’aime comme l’on croit,
Et mon désir fou qui croît,
Tel un champignon des prés,
S’érige ainsi que le Doigt

D’un Terme là tout exprès.

Donc, malgré ma cruauté
Affectée, et l’air très faux
De pire méchanceté,
Dont, bête, je me prévaux.

Aime ma simplicité.

Voter pour ce poème!

Paul Verlaine Apprenti Poète

Par Paul Verlaine

Paul Verlaine est un écrivain et poète français du XIXᵉ siècle, né à Metz le 30 mars 1844 et mort à Paris le 8 janvier 1896. Il s'essaie à la poésie et publie son premier recueil, Poèmes saturniens en 1866, à 22 ans.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Rejoignez-nous et laissez vos mots s'envoler comme des papillons, comme le faisait Desnos.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Tu n’es pas du tout vertueuse

Si tu le veux bien, divine Ignorante