Tu n’es pas du tout vertueuse

Tu n’es pas du tout vertueuse,
Je ne suis pas du tout jaloux !
C’est de se la couler heureuse
Encor le moyen le plus doux.

Vive l’amour et vivent nous !

Tu possèdes et tu pratiques
Les tours les plus intelligents
Et les trucs les plus authentiques
A l’usage des braves gens,

Et tu m’as quels soins indulgents !

D’aucuns clabaudent sur ton âge
Qui n’est plus seize ans ni vingt ans,
Mais ô ton opulent corsage,
Tes yeux riants, comme chantants,

Et ô tes baisers épatants !

Sois-moi fidèle si possible
Et surtout si cela te plaît,
Mais reste souvent accessible
À mon désir, humble valet

Content d’un « viens ! » ou d’un soufflet.

« Hein ? passé le temps des prouesses ! »
Me disent les sots d’alentour.
Ça, non, car grâce à tes caresses
C’est encor, c’est toujours mon tour.

Vivent nous et vive l’amour !

Voter pour ce poème!

Paul Verlaine Apprenti Poète

Par Paul Verlaine

Paul Verlaine est un écrivain et poète français du XIXᵉ siècle, né à Metz le 30 mars 1844 et mort à Paris le 8 janvier 1896. Il s'essaie à la poésie et publie son premier recueil, Poèmes saturniens en 1866, à 22 ans.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Dans le monde de la poésie, chaque mot compte. Votre voix a sa place ici.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Chanson d’automne

La princesse Bérénice