Conçoit

Une ombre glisse plus profonde sous l’ombre glauque sans contour Tel un nuage que le vent sous la masse immobile y pousse Commence la division d’une latence en noir sur noir Avant que l’âme soit conçue de son propre sommeil farouche

Sommeil de l’Ame avant que l’Ame ait inventé de soi qu’elle est En pénétrant son épaisseur qu’épaissit le rêve à mesure Quelqu’un sait-il déjà le poids qu’il en coûte d’extraire là Ce que l’effort de l’en tirer lui enfonce et renfonce en soi

Comprendre que ce double jeu n’est que ruse venant du fond Que cette absence sans image a tout pouvoir sur toute image Bien que son gouffre semble un mur à l’abyssale attention Laquelle y cogne tel un bœuf du front que seul l’Ouvert jugule

Ambiguïté du Grand Rêveur dont tout naît sans que lui soit né C’est déjà l’Homme imaginant qui dort sa part insaisissable Ou bien la Femme mûrissant l’être cosmique dans l’enfant Sans qu’elle ait ressenti encore nausée première l’origine

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Hymne à l’homme et femme

Lait