Le Soir

Jour à jour ta vie est un immeuble qui s’élève

Des fenêtres fermées des fenêtres ouvertes
Et la porte noire au milieu

Ce qui brille dans ta figure
Les yeux

Tristes les souvenirs glissent sur ta poitrine

Devant part vers en haut l’espoir

La douceur du repos qui revient chaque soir

Tu es assis devant la porte

Tête inclinée
Dans l’ombre qui s’étend

Le calme qui descend

Une prière monte

On ne voit pas les genoux de celui qui prie

Pierre Reverdy

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments