Langage cuit – II

d’une voix noire

d’une voix maigre

m’a séduite

dans la nuit mince

dans le jour des temps.

Se vêtir d’un crêpe de chevelure

la muse aux seins mourants.
Et la voix ronde

dit que la voie est esclave.
Quelle lumière cuite ce jour-là !

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments