A Marcelle – La cigale et le poète

Le poète ayant chanté,
Déchanté,
Vit sa Muse, presque bue,
Rouler en bas de sa nue
De carton, sur des lambeaux
De papiers et d’oripeaux.
Il alla coller sa mine
Aux carreaux de sa voisine,
Pour lui peindre ses regrets
D’avoir fait Oh : pas exprès !
Son honteux monstre de livre !…
‘ Mais : vous étiez donc bien ivre ?
Ivre de vous !… Estce mal ?
Écrivain public banal !
Qui pouvait si bien le dire…
Et, si bien ne pas l’écrire !
J’y pensais, en revenant…
On n’est pas parfait, Marcelle…
Oh ! c’est tout comme, ditelle,
Si vous chantiez, maintenant ! ‘

Les Amours jaunes

Voter pour ce poème!

Tristan Corbière Apprenti Poète

Par Tristan Corbière

Édouard-Joachim Corbière, dit Tristan Corbière, né le 18 juillet 1845 à Ploujean et mort le 1ᵉʳ mars 1875 à Morlaix, est un poète français, proche du symbolisme, figure du « poète maudit ».

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

La poésie est le miroir de l'âme. Reflétez la vôtre dans nos commentaires, à la manière de Baudelaire.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Le carreau

Les Parques ont le teint plus gai que mon visage