humain et rien de plus

Humain,

D’où viens-tu toi qui parles du haut de ton histoire,
tu te fais remarquer par l’œuvre de tes mains
tu aimes, tu persécutes, tu passes ton temps à croire,
si fier de ta mission, honteux sans lendemain,

de tous les animaux toi seul a l’amplitude
et la diversité dans les manières de vivre,
tour à tour éperdu en ville, en solitude
trop souvent égaré, fantasmant ou très ivre,

et puis tu fais la guerre comme tu partais en chasse
trafiquant de commerce jusqu’aux petits enfants
par les jouets ou les armes, en coffres tu entasses,
le profit est moral, puisque tu le défends !

enfin, si un jour tu t’éveilles de ton confort
et de l’ingratitude, sommet de ton orgueil,
s’il reste en toi un désir plus fort que ta mort,
ce sera le bon Dieu, humain, qui te recueille…

 

 

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments