l’hermaphrodite

L’ Hermaphrodite,

la silhouette, au bain d’une clarté de lune,
n’évoquerait, ni le connu, ni le désir,
tant la nature, in-dévoilée même des runes,
porte en secret, l’hymne de vie pour son plaisir,

sans le comprendre et sans le voir, ses mouvements,
de cycles courts en siècles longs, se répartirent
des pierres lourdes aux végétaux, et s’animant,
en premiers corps autonomes, prêt à partir,

si la légende prête à un dieu la destruction
si la mémoire arrête l’homme en perdition
alors peut-être l’origine est interdite,

car bien plus belle que la plus belle reproduction,
vraiment plus beau que le plus haut de tous bastions,
dort et s’éveille toujours en nous, l’hermaphrodite…

Voter pour ce poème!

zeugma Maître Poète

Par zeugma

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Chaque commentaire est une page de l'histoire poétique de notre forum. Écrivez votre chapitre, tel un Camus des vers.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

yeux insoucieux,

rumination,