peur de l’heure ?

Peur,

Sans une définition, le connu se résorbe,
mais reste l’entendement, tel un risque majeur,
un élan de recherche, l’inconnu en déborde
et nous livre un dicton, « sans connaître on a peur »,

donc les planétologues configurent des orbes,
les mathématiciens s’exorcisent de l’erreur,
la neurobiologie procrée ce qu’elle absorbe
et la physique très sûre, nucléarise nos peurs,

pourquoi seule une espèce, rivalise de terreur
comment pendant des siècles accepter le compteur
annonçant notre fin, faudrait-il que s’aborde

la question de l’errance, originant la peur,
en rompant la concorde, en détournant son cœur,
laisse l’humanité, suspendue à sa corde…

Voter pour ce poème!

Le poème est une fenêtre ouverte sur l'âme. Laissez votre lumière briller en laissant un commentaire

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments