Inoubliable

À Grenade

mon aimée

nous étions silencieux

nous marchions dans nos rêves

nous caressions la fourrure de plénitude

À Grenade

tu étais plus douce encore

tu étais plus étonnante encore

À Grenade

mon aimée

tu es encore

plus inoubliable

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments