Histoire des sept crucifiés de l’espoir

0 Vues 0 Votes 0 Commentaire

Gongs d’annonce

tambours témoins la forêt s’est tue pour écouter le bruissement de sept rigoles de sang Le fleuve coule et chuinte dans le brouillard

Que s’est-il passé

et quel vent de meurtre

criblé de haine et de vengeance

a soufflé sur la ville

Pourquoi la nuit était-elle irrespirable

le sommeil lacéré de cauchemars

Pourquoi le pain crissait-il sous la dent

l’eau avait-elle cet arrière-goût de charogne

D’où venait ce râle de sirène détraquée

qui affola toutes les bêtes

et ne s’éteignit qu’avec les premiers rayons du soleil ?

Gongs d’annonce

tambours témoins ce n’est que maintenant que nous déchiffrons vos lamentations que nous recollons les bribes de cette histoire que vous battiez sauvagement désespérément

dans le crépuscule des commencements et lorsque nous comprîmes enfin gongs d’annonce

tambours témoins le fleuve avait déjà avalé sept rigoles de sang et repu coulait impassiblement vers la mer

Ô nuit des dupes

aube de traîtrise

vous êtes entrées dans notre histoire

comme une écharde infrangible

enracinée au centre de mémoire

Notre peuple n’oubliera pas

jamais n’oubliera

Battez

résonnez

battez tam-tams hilares mains de potences et de hachoirs caillots d’étoiles à vau-l’eau giclant de la nuque

et se perdant dans les gouttières du temps Battez

résonnez

battez gongs et cymbales tambours cannibales de Sodome et Gomorrhe narguant la justice au zénith de leurs sévices

Gongs de satrape espiègle

résonnez Que sa volonté soit faite dans cette nuit à carapace venimeuse où nous vomissons nos tripes Et vous gongs d’annonce

tambours témoins battez

résonnez

battez plus fort pour raconter l’histoire des sept crucifiés de l’espoir

Notez ce poème
Print Friendly, PDF & Email

Qu'en pensez-vous?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

b

Par Abdellatif Laâbi

Abdellatif Laâbi, né à Fès en 1942, est un poète, écrivain et traducteur marocain. Il a fondé en 1966 la revue Souffles qui jouera un rôle considérable dans le renouvellement culturel au Maghreb. Son combat lui vaut d’être emprisonné de 1972 à 1980.

Faut-il qu’incessamment passionné je traîne

Mon frère montgolfier