Arpège

L’âme d’une flûte soupire
Au fond du pare mélodieux ;
Limpide est l’ombre où l’on respire
Ton poème silencieux,

Nuit de langueur, nuit de mensonge,
Qui poses d’un geste ondoyant
Dans ta chevelure de songe
La lune, bijou d’Orient.

Sylva, Sylvie et Sylvanire,
Belles au regard bleu changeant,
L’étoile aux fontaines se mire,
Allez par les sentiers d’argent,

Allez vite — l’heure est si brève !
Cueillir au jardin des aveux
Les cœurs qui se meurent du rêve
De mourir parmi vos cheveux…

Voter pour ce poème!

Ne laisse pas ce poème te quitter sans laisser ton empreinte! Laisse un commentaire et fais part de ton ressenti!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments