La fille du doge

Si le doge est son père, ou si c’est quelque autre homme,
C’est ce dont, pour ma part, je m’inquiète peu.
Dès qu’elle a pris naissance, il n’importe en quel lieu,
Que ce soit à Venise, ou dans Naples, ou dans Rome.

Elle est belle, voilà l’intéressant, en somme.
Vivante, elle serait un chef-d’œuvre de Dieu,
Et chacun devant elle, empli d’un soudain feu,
Voudrait comme à Vénus lui décerner la pomme.

Certes, ce ne sont pas ses perles, ses joyaux,
Ses tissus de brocart, ses vêtement; royaux,
Qui frappent l’œil tandis qu’elle se déshabille ;

C’est son bras virginal, son corps d’un blanc de lait,
Son beau petit pied nu, son buste rondelet,
Sa grâce de naïve et douce jeune tille.

Voter pour ce poème!

Avatar Apprenti Poète

Par Amédée Pommier

Victor-Louis-Amédée Pommier, né à Vaise le 20 juillet 1803 et mort le 15 avril 1877 à Paris VIIème arrondissement est un homme de lettres et poète français.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Rejoignez notre cercle de mots. Votre commentaire est le bienvenu.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Ou puis parfont de ma merencolie

Le mardi à Vêpres