dans , ,

Les cygnes et les dindons

Fable VI, Livre I.

On nous raconte que Léda,
Par le diable autrefois tentée,
D’un amant à l’aile argentée,
Un beau matin, s’accommoda.
Hélas ! ces caprices insignes
Sont encor les jeux des Amours ;
Si ce n’est qu’on voit de nos jours
Les Dindons remplacer les Cygnes.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments