Fugue finale et initiale

Première Voix.

La neige tombe à gros flocons ;
Par dessus nous, le ciel est noir ;
La terre, autour de nous, est noire ;
La lourde neige seule est blanche ;

On entend huer les faucons,
Dans les murs croulants du manoir ;
La sorcière est à son grimoire ;
Et le corbeau dort sur sa branche ;

Le gel sème Pair de frissons,
Dieu ! qu’il est triste de s’asseoir
Seul au foyer, quand la mémoire
Sur le puits du passé se penche !

Deuxième Voix.

Sur les toits pendent les glaçons,
Mais le soleil les fera choir ;
L’Hiver est chose transitoire,
Le Printemps prendra sa revanche ;

Les rayons battront les buissons ;
Aux eaux claires de l’abreuvoir,
Les troupeaux libres viendront boire,
Sous un ciel couleur de pervenche ;

Lors, les cœurs auront des chansons,
Lors, les cœurs reprendront espoir,
Et célébreront la victoire
Des bourgeons sur la neige blanche !

Voter pour ce poème!

Auguste Angellier Apprenti Poète

Par Auguste Angellier

Auguste Angellier, né le 1er juillet 1848 à Dunkerque et mort le 28 février 1911 à Boulogne-sur-Mer est un poète et universitaire français, qui fut le premier professeur de langue et littérature anglaises de la Faculté des lettres de Lille, avant d'en être son doyen de 1897 à 1900.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Rejoignez notre cercle de poètes, où chaque mot compte, comme dans les vers de Mallarmé.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Doux air mélancolique

In pejus ruit