La Saint-Valentin

À Léopold Lacour.

Février vient, c’est la Saint-Falentin,
Février vient, il fait rougir les saules,
Et, sous les rais d’un soleil argentin,
Encor frileux découvre ses épaules.

Dès qu’au ciel gris, c’est la Saint-Valentin,
Dès qu’au ciel gris, un peu d’aube prochaine,
Un pli d’argent et de jour indistinct
Ont soulevé les ombres sur la plaine,

Tous les oiseaux, c’est la Saint-Valentin,
Tous les oiseaux, rouge-gorges, fauvettes,
Merles, geais, pics, tout le peuple mutin
Des moineaux francs, les vives alouettes,

Se réveillant, c’est la Saint-Valentin,
Se réveillant, et secouant leurs plumes,
D’un fou désir et d’un vol incertain
Se sont cherchés dans les dernières bruines.

Dans les buissons, c’est la Saint-Valentin,
Dans les buissons, les lierres et les haies
Où le houx vert offre un rouge festin,
Dans les roseaux, les halliers, les coudraies.

Dans les vieux murs, c’est la Saint-Valentin,
Dans les vieux murs, pleins d’heureuses nouvelles,
Ce fut des cris, des chants, un bruit lointain
De gazouillis et de battements d’ailes.

Tous échangeaient, c’est la Saint-Valentin,
Tous échangeaient, en palpitant de joie,
Maint propos tendre ou leste ou libertin,
Après lesquels il faut qu’on se tutoie.

De temps en temps, c’est la Saint-Valentin,
De temps en temps, se détachait un couple ;
Et tous les deux avaient bientôt atteint,
Pour y causer tout seuls, un rameau souple.

Puis ils cherchaient, c’est la Saint-Valentin,
Puis ils cherchaient les branches élevées
Ou l’humble touffe où blottir leur destin,
Et faire un nid aux futures couvées.

Et tout le jour, c’est la Saint-Valentin,
Et tout le jour ce fut des mariages,
Conclus sans prêtre et francs de sacristain,
Et dont les lits sont les premiers feuillages.

Voici le soir, c’est la Saint-Valentin,
Voici le soir, sortant de ses repaires
L’ombre a rampé vers le soleil éteint :
Tous les oiseaux sont endormis par paires.

Voter pour ce poème!

Auguste Angellier Apprenti Poète

Par Auguste Angellier

Auguste Angellier, né le 1er juillet 1848 à Dunkerque et mort le 28 février 1911 à Boulogne-sur-Mer est un poète et universitaire français, qui fut le premier professeur de langue et littérature anglaises de la Faculté des lettres de Lille, avant d'en être son doyen de 1897 à 1900.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

N'attendez pas, versez vos vers. Notre forum attend votre poésie.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

La paix de l’hiver

La tristesse du vent