Paris vaisseau de guerre

Double vaisseau de ligne au long des colonnades,

Autrefois bâtiment au centuple sabord,

Aujourd’hui lourde usine, énorme coffre-fort

Fermé sur le secret des sourdes canonnades.
Nos pères t’ont dansé de chaudes sérénades,

Ils t’ont fleuri du sang de la plus belle mort,

Quand au gaillard d’avant vers l’un et l’autre bord

Bondissait le troupeau des graves caronades.
Mais nous apporterons à tes destins géants

Un cœur si sérieux et si brûlé de flamme,

Un cœur si curieux de tous les océans,
Soldats fils de soldats sous la même oriflamme,

Qu’on nous mettra valets de tes canons béants,

Monstres verts accroupis aux pieds de Notre Dame.
1913

image_printImprimer ce poème

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez avis ou analyse!

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Pour les choses de ce monde

Une barque la nuit