De l’abbé et de son valet

Monsieur l’abbé et monsieur son valet
Sont faits égaux, tous deux comme de cire :
L’un est grand fou, l’autre petit follet ;
L’un veut railler, l’autre gaudir et rire ;
L’un boit du bon ; l’autre ne boit du pire.
Mais un débat le soir entr’eux s’émeut :
Car maître abbé toute la nuit ne veut
Etre sans vin, que sans secours ne meure,
Et son valet jamais dormir ne peut
Tandis qu’au pot une goutte demeure.

Epigrammes

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments