Je sçay ton ferme cueur, je cognois ta constance

‘Je sçay ton ferme cueur, je cognois ta constance :
Ne sois point las d’aimer, et sois seur que le jour,
Que mourant je lairray nostre commun sejour,
Encor mourant, de toy j’auray la souvenance.

J’en prens tesmoing le Dieu qui les foudres eslance,
Qui ramenant pour nous les saisons à leur tour,
Vire les ans legers d’un eternel retour,
Le Dieu qui les Cieux bransle à leur juste cadence,

Qui fait marcher de reng aux lois de la raison
Ses astres, les flambeaux de sa haute maison,
Qui tient les gonds du ciel et l’un et l’autre pole. ‘

Ainsi me dit ma Dame, ainsi pour m’asseurer
De son cueur debonnaire, il luy pleut de jurer ;
Mais je l’eusse bien creuë à sa simple parole.

Vers françois

Voter pour ce poème!

Etienne De La Boetie Apprenti Poète

Par Etienne De La Boetie

Étienne de La Boétie est un écrivain humaniste et un poète français, né le 1ᵉʳ novembre 1530 à Sarlat et mort le 18 août 1563 à Germignan, dans la commune du Taillan-Médoc, près de Bordeaux. La Boétie est célèbre pour son Discours de la servitude volontaire.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Chaque commentaire est une goutte de pluie dans notre océan de poésie. Ajoutez votre averse, à la manière de Hugo.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

J’ai traversé les tempêtes

Le droit chemin