Chanson (II)

Est-ce à jamais, folle Espérance,
Que tes infidèles appas
Empêcheront la délivrance
Que me propose le trépas ?

La raison veut, et la nature,
Qu’après le mal vienne le bien :
Mais en ma funeste aventure
Leurs règles ne servent de rien.

C’est fait de moi, quoi que je fasse.
J’ai beau plaindre et beau soupirer,
Le seul remède en ma disgrâce,
C’est qu’il n’en faut point espérer.

Une résistance mortelle
Ne m’empêche point son retour ;
Quelque Dieu qui brûle pour elle
Fait cette injure à mon amour.

Ainsi trompé de mon attente,
Je me consume vainement ;
Et les remèdes que je tente
Demeurent sans événement.

Toute nuit enfin se termine ;
La mienne seule a ce destin,
Que d’autant plus qu’elle chemine,
Moins elle approche du matin.

Adieu donc, importune peste
À qui j’ai trop donné de foi.
Le meilleur avis qui me reste,
C’est de me séparer de toi.

Sors de mon âme, et t’en va suivre
Ceux qui désirent de guérir.
Plus tu me conseilles de vivre,
Plus je me résous de mourir.

François de Malherbe Apprenti Poète

Par François de Malherbe

François de Malherbe est un poète français, né à Caen vers 1555 et mort à Paris le 16 octobre 1628. Il est le fils de François, écuyer, seigneur de Digny, conseiller au bailliage et présidial de Caen, et de Louise Le Vallois.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Vos mots ont le pouvoir de réveiller l'esprit, tel un élixir de Voltaire. Osez commenter.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

À Rabel, peintre, sur un livre de fleurs

Rue de la gorge chaude