La belle gueuse

Ô que d’appas en ce visage

Plein de jeunesse et de beauté,

Qui semble trahir son langage

Et démentir sa pauvreté !
Ce rare honneur des orphelines,

Couvert de ces mauvais habits,

Nous découvre des perles fines

Dans une boîte de rubis.
Ses yeux sont des saphirs qui brillent,

Et ses cheveux qui s’éparpillent

Font montre d’une riche trésor.
À quoi bon sa triste requête,

Si pour faire pleuvoir de l’or,

Elle n’a qu’à baisser la tête !

Voter pour ce poème!

François Tristan L'hermite Apprenti Poète

Par François Tristan L'hermite

François L'Hermite, sieur du Solier, dit Tristan L'Hermite, né en 1601 au château du Solier, près de Janaillat dans la Marche, et mort à Paris le 7 septembre 1655, est un écrivain et gentilhomme français.

Poemes François Tristan L'hermite - Découvrez les œuvres poétiques de François Tristan L'hermite

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Laissez-vous emporter par le flux de la créativité. Écrivez, commentez, partagez.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Du temps que le maréchal Bugeaud poursuivait vainement Abd-el-Kader

Les eaux se retirent