À M. Le marquis d’Étampes (I)

(Qui m’avait envoyé des vers.)

Les Grecs, en courtois chevaliers,
Dans leurs combats, s’il en faut croire
Ce qu’ont dit la fable et l’histoire,
Changeaient entr’eux de boucliers ;
Ainsi de vers, d’estime et de louange,
Nos muses à l’envi font un heureux échange :
Me défendre est bien noble, et vous louer bien doux.
Mais quelle distance entre nous !
Contre la censure rigide,
Lorsqu’en rivaux unis nous élevons la voix,
Mon suffrage pour vous n’est qu’un faible pavois,
Et votre éloge est mon égide ;
De votre jugement je tire vanité ;
Oui, puisque je vous plais je dois blesser l’envie,
Et si Virgile est sûr de l’immortalité,
Tous deux vous m’assurez quelques instants de vie.
Vous êtes mes garants ; car, enfin, c’est beaucoup
D’être inspiré par le génie,
Et d’être guidé par le goût.

Voter pour ce poème!

Avatar Apprenti Poète

Par Jacques Delille

Jacques Delille, souvent appelé l’abbé Delille, né à Clermont-Ferrand le 22 juin 1738 et mort à Paris dans la nuit du 1ᵉʳ au 2 mai 1813, est un poète et traducteur français.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Les poèmes sont des trésors cachés. Partagez les vôtres, comme Éluard partageait ses rêves.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

À M. Le marquis d’Étampes

À Mlle Joséphine Sauvage