Ôtez la rouille et il se formera un vase très pur

Hélas ! mon coeur est plein de rouille,
Que cause ma propriété :
Si j’ai de vos dons, je les souille ;
Mettezle, Mon Seigneur, dans votre vérité.

Ah ! faitesle passer sous la meule avec l’eau ;
N’épargnez point les coups, mais lavez son ordure ;
Non, ce n’est pas assez ; formezen un nouveau
Qui n’ait plus rien de l’humaine nature.

Vous avez un moyen qui me paraît plus court :
Mettezle dans votre fournaise,
Daignez le consumer du feu de votre amour ;
Il fera plus d’effet que la plus forte braise.

Mes yeux fourniront assez d’eau
Pour laver mon coeur infidèle :
Mais, ô divin Amour, sans ce sacré fourneau
Il pourra contracter des souillures nouvelles.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments