Ce brave qui se croit pour un jaque de maille

Sonnet LXXI.

Ce brave qui se croit, pour un jaque de maille,
Être un second Roland, ce dissimulateur,
Qui superbe aux amis, aux ennemis flatteur,
Contrefait l’habile homme et ne dit rien qui vaille,

Belleau, ne le crois pas : et quoiqu’il se travaille
De se feindre hardi d’un visage menteur,
N’ajoute point de foi à son parler vanteur,
Car jamais homme vaillant je n’ai vu de sa taille.

Il ne parle jamais que des faveurs qu’il a :
Il dédaigne son maître, et courtise ceux-là
Qui ne font cas de lui : il brûle d’avarice :

Il fait du bon chrétien, et n’a ni foi ni loi :
Il fait de l’amoureux, mais c’est, comme je crois,
Pour couvrir le soupçon de quelque plus grand vice.

Voter pour ce poème!

Joachim du Bellay Apprenti Poète

Par Joachim du Bellay

Joachim du Bellay ou Joachim Du Bellay est un poète français né vers 1522 à Liré en Anjou et mort le 1ᵉʳ janvier 1560 à Paris.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Le silence est l'ennemi de la poésie. Libérez votre voix, comme Baudelaire dans un jardin des mots.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Brusquet à son retour vous racontera, Sire

Celui vraiment était et sage et bien appris