C'était OKC'était OK

Le roi des aulnes

Qui chevauche si tard dans la nuit et le vent ?
C’est le père avec son enfant.
Il serre le jeune garçon dans ses bras,
Il le tient au chaud, il le protège.

« — Mon fils, pourquoi caches-tu peureusement ton visage ?
— Père, ne vois-tu pas le roi des Aulnes,
Le roi des Aulnes, avec sa couronne et sa traine ?
— Mon fils, c’est une trainée de brume.

— Cher enfant, viens, partons ensemble !
Ie jouerai tant de jolis jeux avec toi!
Tant de fleurs émaillent le rivage!
Ma mère a de beaux vêtements d’or.

— Mon père, mon père, mais n’entends-tu pas
Ce que le roi des Aulnes me promet tout bas?
— Du calme, rassure-toi, mon enfant :
C’est le bruit du vent dans les feuilles sèches.

— Veux,fin jeune garçon,-tu venir avec moi?
Mes filles s’occuperont de toi gentiment.
Ce sont elles qui mènent la ronde nocturne.
Elles te berceront par leurs danses et leurs chants.

— Mon père, mon père, t ne vois-tu pas là-bas
Danser dans l’ombre les filles du roi des aulnes ?
— Mon fils, mon fils, je le vois bien en effet,
Ces ombres grises ce sont les vieux saules.

— Je t’aime, ton beau corps me tente,
Si tu n’est pas consentant, je te fais violence.
—Père, Père, voilà qu’il me prend !
Le Roi des Aulnes m’a fait mal ! »

Le père frissonne, il presse son cheval,
Il serre sur sa poitrine l’enfant qui gémit.
A grand-peine, il arrive à la ferme
Dans ses bras l’enfant était mort.

1782

Traduit de l’allemand par Michel Tournier

Voter pour ce poème!

Nous implorons votre sagesse pour nous dire ce que vous pensez de ce poème! Est-ce qu'il vous a touché l'âme?

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
2 Avis
Inline Feedbacks
View all comments
marie
marie
Invité

La mort de l’enfance en nous, un deuil nécessaire

Maamoun Bouchair
Maamoun Bouchair
Invité

eh au nom c’était nul trop ennuyant