Poids de la vie

J’ai vécu, j’ai vieilli. De l’humaine misère
J’ai porté le fardeau tous les jours. Il est grand !
Sans en excepter un, j’ai refait en pleurant
Tous les chemins heureux que j’avais sur la terre.

Je sais ce qu’icibas le ciel donne et reprend :
Deuil d’ami, deuil d’époux, deuil de fils, deuil de père,
Et deuil public encor ! J’ai bu cette heure amère.
J’ai tenu dans mes bras Valdegamas mourant.

J’ai vu l’esprit de l’homme au mal vouer son culte ;
Sur mon drapeau sacré j’ai vu monter l’insulte ;
Chez des amis vivants Je me suis vu mourir.

Et parmi ces douleurs, humiliant mon âme,
Satan m’a fait sentir son ironie infâme … !
Ô mort ! comme parfois tu tardes à venir !

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments