Lendemain

Hé bien ! j’ai triomphé, l’on m’a fort applaudie,

J’ai su rire, chanter, jouer la comédie,

Être jeune une fois et répondre à chacun,

Sur son salut banal, un autre lieu commun.

L’éclair à la prunelle et le rose à la joue,

Hé bien ! c’est vrai, j’ai fait tout cela, je l’avoue.

Et cependant, malgré tant de sérénité,

De mouvement, de bruit, de plaisir, de gaîté,

Malgré tous les amis dont j’étais entourée,

Comme le flux montant de la grosse marée,

J’écoutais, je sentais, à ce même moment,

Aux portes de mon cœur gronder incessamment

Les flots graves et sourds de mes larmes anciennes.

Un seul s’en est douté, quand, mes mains dans les siennes,

Il a jeté sur moi son beau regard profond,

Et, d’un coup d’œil rapide, a plongé jusqu’au fond.

Pour tous les autres, non ! de l’angoisse soufferte

Ils n’ont rien deviné. Moi, toujours vive, alerte,

J’allais et je venais de plus en plus gaîment.

Puis, lorsqu’ils sont partis, tous m’ont fait compliment

Sur l’exquis naturel et la verve étourdie

Avec lesquels j’avais joué la comédie.
Janvier 18…

Voter pour ce poème!

Louisa Siefert Apprenti Poète

Par Louisa Siefert

Louisa Siefert, née à Lyon le 1er avril 1845 et morte à Pau le 21 octobre 1877, est une poétesse française.
Louisa Siefert (1845 - 1877) était une poétesse française qui a laissé une poésie empreinte de douleur mais soutenue d’un vif spiritualisme protestant. Son premier recueil de poèmes, Rayons perdus, paru en 1868, connaît un grand succès. En 1870, Rimbaud s'en procure la quatrième édition et en parle ainsi dans une lettre à Georges Izambard : « J'ai là une pièce très émue et fort belle, Marguerite […]. C'est aussi beau que les plaintes d'Antigone dans Sophocle.»

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Les mots sont des étoiles qui illuminent notre ciel littéraire. Ajoutez votre lumière, comme Claudel.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Quand je pouvais me plaindre en l’amoureux tourment

A la mère de l’enfant mort