In memoriam (III)

Au pied des monts voici ma colline abritée,
Mes figuiers, ma maison,
Le vallon toujours vert et la mer argentée
Qui m’ouvre l’horizon.

Pour la première fois sur cette heureuse plage,
Le cœur tout éperdu,
Quand j’abordai, c’était après un grand naufrage,
Où j’avais tout perdu.

Déjà, depuis ce temps de deuil et de détresse,
J’ai vu bien des saisons
Courir sur ces coteaux que la brise caresse,
Et parer leurs buissons.

Si rien n’a refleuri, ni le présent sans charmes,
Ni l’avenir brisé,
Du moins mon pauvre cœur, fatigué de mes larmes,
Mon cœur s’est apaisé ;

Et je puis, sous ce ciel que l’oranger parfume
Et qui sourit toujours,
Rêver aux temps aimés, et voir sans amertume
Naître et mourir les jours.

Nice, 19 mai 1852.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

L’oasis

Satire II