Violon

Couple amoureux aux accents méconnus

Le violon et son joueur me plaisent.

Ah ! j’aime ces gémissements tendus

Sur la corde des malaises.

Aux accords sur les cordes des pendus

À l’heure où les Lois se taisent

Le cœur en forme de fraise

S’offre à l’amour comme un fruit inconnu.

1939

Voter pour ce poème!

0 Points
J'aime

Laisser un avis, une critique ou analyse

T'as quelque chose à dire, une réaction ? Ce poème t'a-t-il touché ? C'est ici.

Captcha loading...

Ô Nuit où je me perds, ténèbre affreux et sombre

Complainte de la bonne défunte