L’œil et l’oeillet

L’œillet grenat et l’oeillet mauve

Dans la chambre des jours heureux

De leur parfum font une alcôve

Pour mon amour dont l’œil est bleu.
L’œillet grenat et l’oeillet rose

À l’heure où le baiser se prend

Parfument la main que je pose

Sur mon amour dont l’œil est grand.
Si de mon amour l’œil est triste

L’œillet mauve et l’œillet grenat

En leur parfum qui tant insiste
Raniment l’heure qui sonna

Et le geste qui vient se rendre

À mon amour dont l’œil est tendre.
1954

Voter pour ce poème!

Laisser un avis, une critique ou analyse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À George Sand

Fragment d’une lettre adressée à mayo