Odelette à une jeune maîtresse

Pourquoi, comme une jeune Poutre,
De travers guignestu vers moi ?
Pourquoi, farouche, fuistu outre,
Quand je veux approcher de toi ?

Tu ne veux pas que l’on te touche,
Mais si je t’avais sous ma main,
Assuretoi que dans la bouche
Bientôt je t’aurais mis le frein.

Puis, te voltant à toute bride,
Soudain je te ferais au cours,
Et te piquant, serais ton guide
Dans la carrière des Amours.

Mais par l’herbe tu ne fais ore
Que suivre des prés la fraîcheur,
Parce que tu n’as point encore
Trouvé quelque bon chevaucheur.

Les Odes

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments