Fable

Un affreux chat z-en casquette

courait après les souris

Un affreux rat z-en liquetto

grignotait du riz et du riz

Auquel des deux la grande ohance?

Rasés de frais et mis en plis

ces deux bestioles sans souffrance

se transformèrent en dandys

Enfants apprenez cette fable

sa morale et sa conclusion

Le coiffeur être formidable

a toujours et toujours incontestablement raison

Adieu ma terre ronde adieu mes arbres verts je m’en vais dans la tombe dire bonjour aux vers — tout poète à la ronde peut saboter un vers moi j’éteins la calbombe et m’en vais boire un verre

Bien placés bien choisis

quelques mots font une poésie

les mots il suffit qu’on les aime

pour écrire un poème

on sait pas toujours ce qu’on dit

lorsque naît la poésie

faut ensuite rechercher le thème

pour intituler le poème

mais d’autres fois on pleure on rit

en écrivant la poésie

ça a toujours kékchose d’extrême

un poème

Nos noms nos mots nos herbes sèchent en un vocabulaire que lèche un veau qui a bu la prairie nos airs nos béhémoths nos monts épais légers ou lourds mais verts tandis que grisonne l’affiche à la mairie que toujours embuent les haines des morts et que le soleil dans les narines du gnomon insuffle la nature du haut cresson à travers quoi courent haletants les zèbres à la parole ailée à la patte d’oseille depuis toujours par la rousse baptisés pour figurer là-bas en bas du dictionnaire

nos noms nos mots et nos malherbes

Bon dieu de bon dieu que j’ai envie d’écrire un petit

[poème
Tiens en voilà justement un qui passe
Petit petit petit viens ici que je t’enfile sur le fil du collier de mes autres poèmes viens ici que je t’entube dans le comprimé de mes œuvres complètes viens ici que je t’enpapouète et que je t’enrime et que je t’enrythme et que je t’enlyre et que je t’enpégase et que je t’enverse et que je t’enprose

L’encrier noir au clair de lune l’encrier noir au clair de lune au clair de la lune un encrier noir au clair de la lune un encrier noir au pauvre poète a prêté sa plume au pauvre poète a prêté sa plume il fait un peu frais ce soir au clair de la lune un encrier noir sur le papier blanc a couru la plume

la plume a couru zen petits traits noirs une lune blanche un sombre encrier sont les père et mère de ce nouveau-né une lune blanche un sombre encrier

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments