A mes hirondelles

L’hiver au doux printemps vient de céder la place,
Mars de sa tiède haleine a réchauffé l’espace,
La prairie étale ses fleurs :
Revenez donc, mes hirondelles,
Ne me soyez point infidèles,
Revenez, le bruit de vos ailes
A l’instant suspendra mes pleurs.

Laissant au rossignol les arbres du bocage,
Dans mes vases garnis de fleurs et de feuillage,
Gazouillez du matin au soir.
Je veux que chacune en dispose,
Et pour mieux becqueter la rose,
La giroflée à peine éclose,
Penchezvous sur mon arrosoir.

Voter pour ce poème!

Avatar Apprenti Poète

Par Reine Garde

Poemes Reine Garde - Découvrez les œuvres poétiques de Reine Garde

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Dans l'univers des poèmes, chaque commentaire est une pépite de Proust. Partagez votre trésor.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Douleur, je vous déteste

Touraine