Dernières vacances

Sonnet.

Heureux l’enfant qui meurt dans sa septième année
Avant l’âge où le cœur doit saigner pour jouir ;
Qui meurt de défaillance, en regardant bleuir
Sous les orangers d’or la Méditerranée !

On ne tient plus son âme aux leçons enchaînée,
Et, libre de s’éteindre, il croit s’épanouir.
Plus de maîtres ! c’est lui qui se fait obéir,
Et sa mère est pour lui comme une sœur aînée.

Par sa faiblesse même il fait céder les forts ;
Il prend ce qu’il désire avant qu’on le lui donne,
Et sa pâleur l’absout avant qu’on lui pardonne.

Indocile et choyé, paresseux sans remords,
C’est en suivant des yeux la fuite d’un navire
Qu’un soir, pendant qu’il rêve un voyage, il expire.

Voter pour ce poème!

Votre silence est assourdissant, donnez-nous votre avis! Est-ce que ce poème vous a fait rire, pleurer, ou juste réfléchir?

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments