La roue

Sonnet.

Inventeur de la roue, inconnu demi-dieu,
Qui le premier, ployant un souple et ferme érable,
Créas cette œuvre antique, œuvre à jamais durable,
Ce beau cercle qui porte un astre en son milieu !

Par Orphée et par toi, par la lyre et l’essieu,
L’espace aux marbres lourds n’est plus infranchissable,
Et nous voyons glisser comme l’eau sur le sable
Les pierres que leur poids rivait au même lieu.

Quand la terre frémit d’un roulement sonore,
L’élite des coursiers dans les enfers t’honore
Au souvenir des chars qu’entraînaient leurs grands pas ;

Mais que la roue aux chars d’Olympie était lente !
Regarde-la qui vibre et fuit, toute brûlante
D’une rapidité que tu n’inventas pas !

Voter pour ce poème!

René-François Sully Prudhomme Apprenti Poète

Par René-François Sully Prudhomme

René Armand François Prudhomme, dit Sully Prudhomme, né à Paris le 16 mars 1839 et mort à Châtenay-Malabry le 6 septembre 1907, est un poète français, premier lauréat du prix Nobel de littérature en 1901.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

La poésie, c'est l'expression de l'âme. Exprimez-vous dans les commentaires.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

La laide

L’art sauveur