Rouge ou Noire

Sonnet.

Pascal ! pour mon salut à quel dieu dois-je croire ?
— Tu doutes ? crois au mien, c’est le moins hasardeux,
Il est ou non : forcé d’avouer l’un des deux,
Parie. À l’infini court la rouge ou la noire.

Tu risques le plaisir pour l’immortelle gloire ;
Contre l’éternité, le plus grand des enjeux,
N’exposer qu’une vie est certes avantageux :
La plus sûre vaut moins qu’un ciel aléatoire.

— Pitié ! maître, j’avance et retire ma main ;
Joueur que le tapis sollicite et repousse,
J’hésite, tant la vie est légitime et douce !

Tout mon être répugne à ce choix inhumain ;
Le cœur a ses raisons où la raison s’abîme,
Et ton calcul est faux si je m’en sens victime.

Voter pour ce poème!

Votre silence est assourdissant, donnez-nous votre avis! Est-ce que ce poème vous a fait rire, pleurer, ou juste réfléchir?

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments